Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/05/2011

Delhaize touché par la "guerre des prix"

1.jpg


Le distributeur a publié un bénéfice net en baisse mais ses ventes ont progressé.

Le distributeur belge Delhaize a publié hier des résultats décevants pour le premier trimestre 2011. Si le groupe a affiché un chiffre d’affaires en hausse d’une année sur l’autre, son bénéfice net a reculé. En matinée, le titre a d’ailleurs perdu plus de 4 % à la Bourse de Bruxelles avant de se reprendre et de terminer sur une baisse de 2,20 % à 56,80 euros dans un marché baissier.

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires du groupe s’est élevé à 5,044 milliards d’euros, en croissance de 1,5 % à taux de change réels et de 0,7 % à taux de change constants. Mais après avoir atteint une marge d’exploitation de 4,8 % au premier trimestre 2010, celle-ci est retombée à 4,3 %, ce qui a entraîné une baisse du bénéfice. A taux de change réels, le bénéfice net s’est contracté de 2,9 % à 126 millions d’euros, contre une baisse de 3,6 % à taux de change identiques. Le bénéfice par action s’est établi à 1,25 euro, contre 1,27 euro attendu par les analystes. "Ces résultats sont corrects du point de vue du chiffre d’affaires mais pas du bénéfice, a expliqué Xavier Servais, gestionnaire de fonds chez Crédit Agricole Van Moer Courtens. Mais comparé à ses concurrents et compte tenu du ralentissement du marché américain, Delhaize se maintient bien".

Le distributeur, qui réalise pratiquement 70 % de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis, exploitait fin mars 1 635 supermarchés outre-Atlantique. Aux USA, "le chiffre d’affaires comparable est en recul de 0,3 %", selon un communiqué du groupe. Delhaize a expliqué que l’inflation avait soutenu son chiffre d’affaires mais que l’augmentation de ses prix de ventes restait inférieure à l’inflation nationale. Il s’agit "d’un signe clair de l’application assidue de notre stratégie prix".

En Belgique, "le chiffre d’affaires comparable de Delhaize est resté stable malgré des interruptions de travail", a expliqué le groupe qui y comptait 806 magasins à la fin du trimestre.

"Le point positif est que Delhaize est confiant pour ses perspectives futures, a analysé Xavier Servais. Cela reste une valeur moins chère comparé à la concurrence et ses achats dans les Balkans devraient permettre de diversifier et soutenir sa croissance". A l’avenir, le gestionnaire pointe cependant le risque du maintien du dollar à des niveaux faibles. Mais il rappelle qu’un affaiblissement du billet vert pèse sur les revenus de Delhaize mais diminue également la dette du groupe en dollars. Celle-ci a d’ailleurs baissé de 337 millions à 1,450 milliard d’euros.